Trésors d’une collection privée, 2ème partie : 1920-1940

itinisère - Publié le 06/04/2022

Sa collection a pour point de départ le début du XIXe siècle et se poursuit jusqu’au années 2000. Après avoir parcouru la période 1800-1914, qui a remporté un vif succès auprès du public en 2021, deux autres séquences sont programmées en 2022. À Lyon, l’intervalle entre les deux conflits mondiaux correspond à l’émergence de nombreux groupes artistiques. Entre 1920 et 1924, un groupe d’une quinzaine d’artistes, issus de la Fabrique, nom qui désigne l’industrie de la soie, s’autoproclame les Ziniars, en référence aux zinnias souvent dessinés pour les soieries. À partir des réunions des Ziniars naît le Salon du Sud-Est en 1925, pensé pour concurrencer le Salon d’Automne de Paris et destiné à soutenir la Modernité voire l’avant-garde lyonnaise. Entre 1930 et 1936, les Nouveaux leur succèdent. Ils profitent de la percée de leurs aînés et du Salon du Sud-Est qui présente aussi des artistes non lyonnais, ouvrant de nouvelles perspectives picturales. Par la suite, Albert Gleizes, théoricien du cubisme, réunit ceux qui ont suivi son enseignement s’appuyant sur la forme, le mouvement et la lumière. Ces procédés plastiques doivent conduire le spectateur à la méditation, à la contemplation. René Maria Burlet, auteur des fresques de l’église de St Victor de Morestel, en fait partie. Entre 1936 et 1940, le groupe Témoignage a poursuivi cette idée de renouvellement de l’art. Des artistes, restés en marge de ces différents groupes, seront également présentés.



Téléphone : 04 74 80 06 80
Mél : maisonravier@wanadoo.fr
Site web (URL)
Page facebook